Organisation de l’enseignement supérieur à Bahreïn

Il n’y a pas à Bahreïn de ministère propre à l’Enseignement supérieur mais un ministère de l’Éducation nationale, et le Ministre est l’ancien Président de l’université de Bahreïn, Docteur Majid bin Ali al Noaimi. Il y a aussi un secrétariat général à l’Enseignement supérieur (au MEN) dirigé par le Pr. Riyad Hamzah.

1. UoB (University of Bahrain)
http://www.uob.edu.bh/english/
Il n’existe qu’une seule université d’état : l’UoB (University of Bahrain). Elle a été établie par le décret n° 12 du 24 mai 1986. Elle s’est formée à partir du regroupement de deux instituts d’enseignement supérieur préexistants, eux-mêmes issus des instituts de formation des maîtres (deux instituts distincts : l’un pour les hommes, l’autre pour les femmes) créés à la fin des années 60. L’UoB est placée sous l’autorité suprême du roi de Bahreïn. Son budget est de 42 millions d’euros.
Le Président, ancien Secrétaire d’Etat à l’Education (du MEN), est nommé et révoqué par décret royal. Il assure la gestion de cette institution en s’appuyant sur quatre types de conseils dont les responsabilités et fonctions sont définies par les décrets N°12 de 1986 et N° 18 de 1999 :
- Le Conseil d’Administration (Board of Trustees) : composé de 12 membres (dont membres de droit : le Ministre de l’Education et le Président de l’UoB qui préside également le conseil d’administration), il est établi par décret et renouvelable tous les quatre ans. Il assure le contrôle et le suivi des activités des facultés, est chargé de l’application des décisions visant à remplir les objectifs de l’UoB (définition, mise en œuvre, orientation et modification de la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique), établit les règles administratives, financières et techniques de l’université ainsi que les règlements internes à chaque faculté ou institut, approuve les contrats, accords et conventions (y compris les achats de biens immobiliers, de biens d’équipement et la gestion des biens mobiliers et des revenus), reçoit et accepte les dons de provenances diverses, approuve le budget, le plan financier, le bilan annuel et les rapports d’audits, définit les lois et règlements concernant les investissements et la gestion des ressources financières de l’université en accord avec les contrôleurs financiers, établit le montant des droits universitaires, décide de la dotation des postes d’enseignants (maintien, ouverture), établit les conditions de recrutement, les critères de recevabilité des candidatures et des recrutements, de promotion du personnel et des demandes de détachement, autorisations d’absence, congés, prêts et fins de contrat, il statue sur la mise en place de nouvelles facultés/instituts ainsi que de la restructuration et de la fusion de départements ou facultés existants, il approuve également l’intégration dans l’université du personnel de ces nouvelles instances et leur garantit l’égalité des droits et privilèges avec le reste du personnel de l’UOB. Enfin, il assiste le Président dans l’administration de l’enseignement et la politique scientifique de l’institution, garantit le bon fonctionnement de l’université, favorise l’augmentation du niveau et de la qualité, soumet les règlements et amendements nécessaires, approuve les programmes relatifs à chaque discipline, décide de la poursuite à l’étranger des études de troisième cycle pour le personnel bahreïnien, établit les contrats du personnel non bahreïnien.
- Le Conseil de l’Université (University Council) : composé du président de l’Université, des quatre vice-présidents et des doyens de chacune des facultés ainsi que de trois membres extérieurs nommés par le conseil d’administration pour trois ans (renouvelables une fois seulement). Ces trois membres extérieurs doivent avoir une expérience et une compétence universitaire reconnue.
- Les 5 conseils de faculté (College Council) : un par faculté comprenant un Président (le doyen de cette même faculté), les directeurs de départements, un représentant du corps enseignant et, de façon facultative, 1 à 3 membres extérieurs issus de la société civile et du secteur économique (pourvu qu’il soit étroitement associé aux activités de la faculté concernée).
- Les comités de départements : composés des enseignants du département ayant rang de maître de conférences au moins et du chef du département qui assure les fonctions de président et établit le calendrier des réunions, statue sur les programmes, les méthodes d’enseignement, les ressources documentaires, le contenu des cours, l’inscription des étudiants.
Les étudiants, au nombre de 14300 en février 2011, doivent être titulaires d’un certificat de fin d’Etudes Secondaires : impliquant une note correspondant à 70/100, maîtriser l’arabe et l’anglais et se soumettre à un entretien d’évaluation devant le comité d’admission.
Le cursus de premier cycle comporte :
- d’abord, un semestre préalable dit semestre d’orientation puis quatre semestres constituant le diplôme de premier cycle : Associate Diploma ;
- ensuite, selon les matières, 2 à 4 semestres pour la licence : (B.A.) Bachelor of Arts en lettres et sciences humaines, ou (B.Sc.) Bachelor of Sciences en section scientifique. Chaque semestre comporte 16 semaines. Il existe également une université d’été de 10 semaines (qui tient lieu de semestre de rattrapage) ;
- un Master en un an (sauf pour certaines matières en deux ans) en gestion, gestion de production, mathématiques, génie chimique, génie civil, génie mécanique, sciences de l’éducation (élaboration de programmes, didactique de l’enseignement des sports, didactique de la gestion), arabe, anglais, ingénierie de projets.
A noter que, en marge de la visite présidentielle du 11 février 2009, un Centre d’études françaises (CEF) a été inauguré au sein de l’UoB. Dès la rentrée de septembre 2009, le CEF a pris en charge l’enseignement du français, auparavant assuré par le département d’anglais. Il offre des cours de français, en tant que sous-dominante, aux étudiants qui le souhaitent. Un seul cours est dispensé, « Français 141 », cours de FLE pour débutants. 72 étudiants suivent ce cours de 3 heures par semaines, quel que soit leur département de rattachement.

2. AGU (Arabian Gulf University)
http://www.agu.edu.bh/Default_en.aspx
L’Université du Golfe arabe (Arabian Gulf University), AGU, est établie dans les locaux du seul hôpital public du Royaume, Salmaniya Hospital. Elle est cofinancée par les 6 pays du CCEAG (Arabie Saoudite, Bahreïn, EAU, Koweït, Qatar, Oman), a été co-fondée en avril 1977, mais n’existe dans les faits que depuis le décret du 30 mars 1980 du CCEAG. L’AGU se compose de deux facultés : celle de médecine, principalement orientée vers l’enseignement de la médecine et celle des Etudes supérieures, à orientation interdisciplinaire et professionnelle (agriculture et ressources des zones arides et désertiques, biotechnologie, gestion de la technologie et enseignement des surdoués et des enfants en difficulté). L’autorité de tutelle de l’AGU est la Conférence des Ministres de l’enseignement supérieur et de la recherche de l’ensemble des états du Golfe (sauf Bahreïn qui n’est pas doté d’un tel ministère).
A la tête de l’AGU se trouve un président, actuellement un médecin saoudien, Dr. Khalid Abdul Rahman Al-Ohaly, membre de droit du Conseil d’Administration (C.A.) formé de représentants des six pays contributeurs, du vice-président Dr. Khalid Tabbara (lui aussi membre de droit) ainsi que du directeur général de l’office de l’enseignement arabe des Etats du Golfe (Arab Bureau of Education for the Gulf States) et de trois experts en enseignement supérieur dont les doyens des deux facultés (également membres de droit du CA), d’un représentant de chacune des deux facultés. Il y a, en outre, deux Conseils de faculté, composés des vice-doyens et des directeurs de départements, chargés d’établir la politique scientifique de chaque faculté et qui assistent le doyen dans ses décisions avec les Conseils de département composés de l’ensemble des membres de chaque département.
Tous les étudiants, (un total de 1252 étudiants en 2010-2011), sont boursiers d’un des 6 pays du Golfe. Les premiers étudiants admis ont commencé leurs études de médecine en 1982 et la première promotion est sortie de l’AGU en juin 1990. Les citoyens de l’un des pays du CCEAG mais également d’autres pays arabes résidant dans les pays du CCEAG peuvent être acceptés. Ils doivent, de plus, être titulaires d’un certificat de fin d’Etudes Secondaires avec une moyenne de 90/100, être présélectionnés sur dossier (comprenant entre autres une lettre de motivation détaillée) par le ministère de l’Education Nationale de leur pays, avoir réussi l’examen d’entrée à l’AGU pour la préparation du doctorat en médecine (épreuves de sciences et d’anglais), et, pour l’admission dans la faculté des Etudes supérieures, être titulaires d’un B.A ou d’un B.Sc. (ou diplôme équivalent) avec une moyenne d’au moins 2/4 pour l’inscription en Diplôme supérieur et d’au moins 3/4 pour l’inscription en Maîtrise, enfin, avoir passé un entretien avec un des professeurs.
L’AGU offre deux types de cursus :
1. Un cursus de 6 ans pour la médecine recouvrant une licence (B.Sc) en quatre ans comportant une première année préparatoire, dite pré-médicale (les étudiants doivent obtenir une moyenne de 2.09/4 dans toutes les matières non scientifiques et de 2.33/4 dans les matières scientifiques pour être admis à poursuivre), suivie de trois ans de formation théorique (évaluées par un contrôle continu correspondant à la moitié de la note totale et un examen théorique et pratique qu’il n’est possible de passer que deux fois).
- Ensuite, deux années de formation conduisent soit au Doctorat en Médecine (Medical Degree, mais ne sont accessibles qu’aux étudiants ayant obtenu 60/100 au B.Sc. Elles comportent cinq stages soumis à contrôle continu dans divers services et sanctionnés par un examen de fin de stage qui peut être passé trois fois (25% de la note globale) et un examen final (75% de la note générale qu’il est également possible de passer trois fois).
- soit à un Master professionnel avec diverses options (enseignement de la médecine, démographie et politique médicale pour la région du Golfe, médecine de laboratoire comprenant trois spécialisations, biochimie, microbiologie & immunologie, pathologie).
2. Un cursus de deux ans pour la Faculté des Etudes supérieures préparant
- soit à un Master (28 crédits horaires sanctionnés par une moyenne de 3 sur 4 et un mémoire)
- soit à un Diplôme supérieur (diplôme de mise à niveau permettant l’admission en Master comprenant 24 crédits horaires sanctionnés par une moyenne de 2 sur 4) en biotechnologie appliquée à l’agriculture, biotechnologie de l’environnement, biotechnologie médicale, sciences du désert (hydrologie et gestion des ressources en eau), agriculture du désert, environnement et ressources du désert, processus cognitifs & connaissance de l’intelligence (en vue de l’enseignement pour les sous ou les surdoués).
On peut donc constater que l’école doctorale est, soit inexistante, soit embryonnaire et que le cycle du Master n’est que partiellement développé.
La « French Arabian School of Management and Finance » est née d’un partenariat entre le gouvernement français et le gouvernement bahreïnien représenté par l’AGU. Elle bénéficie du soutien du ministère des Affaires étrangères à travers l’Ambassade de France auprès du royaume de Bahreïn.
C’est tout d’abord une école de management, dispensant des enseignements généraux et spécialisés sanctionnés par des diplômes internationalement reconnus, mais aussi un centre d’affaires, proposant des formations spécialisées, adaptées aux besoins des entreprises demandeuses.
L’ESSEC est désormais partenaire de l’AGU concernant la direction de la « French Arabian School of Management and Finance ».

3. AOU (Arab Open University)
http://www.aou.org.bh/
L’Arab Open University est une université privée à but non lucratif fondée en 2002 au Koweït, en Jordanie puis au Liban. L’ouverture de branches à Bahreïn se fait en 2003 (inauguration en juillet 2003), en Arabie Saoudite, en Egypte puis en Oman. L’ouverture d’une branche à Gaza est également envisagée.
L’AOU est affiliée à l’Université ouverte du Royaume-Uni (UK Open University, UKOU). AOU et UKOU ont signé des accords, pour 5 ans, dans plusieurs grands domaines (licence de matériels, accréditation, validation) et compte un partenariat majeur avec l’OUM, l’Open University of Malaysia. Il est également question d’élargir le partenariat à d’autres pays d’Asie (Chine, Russie, etc.).
L’objectif de cette ONG à but non lucratif, basée sur le télé-enseignement, est de permettre à tout individu – quels que soient son âge, son appartenance sociale, sa situation géographique et sa catégorie socioprofessionnelle – ambitieux et ayant le potentiel de suivre des études universitaires, d’accéder à une formation supérieure de qualité. Elle attire majoritairement des étudiants de nationalité bahreïnienne ou provenant de l’est de l’Arabie Saoudite.
A Bahreïn, l’AOU propose des formations de Licence (ou Bachelor) en administration des affaires, langues (anglais), informatique et technologie de l’information sanctionnées par des diplômes accrédités par le Conseil national de l’Enseignement supérieur bahreïnien.
Le fonctionnement de l’AOU repose sur le LMS (Learning Management System). Il s’agit d’un système logiciel développé afin d’accompagner les enseignants dans leur gestion des cours en ligne pour leurs étudiants. Les services offerts incluent un contrôle d’accès, des outils de communication et l’administration des groupes d’utilisateurs.
Ressources d’apprentissage, ACES :
Caractéristiques du système ACES utilisé par l’AOU :
- possibilité de s’inscrire et de suivre des cours en ligne ;
- possibilité d’accéder aux cours à travers un environnement d’apprentissage virtuel (dont les conditions s’apparentent à celles d’une salle de classe réelle).
Divers outils fournis par ACES :
- outils de contenu (base de données, cours, annonces, glossaires…) ;
- outils de communication (forum (via lequel les étudiants inscrits peuvent parrainer d’autres étudiants), messagerie, dialogue en direct, vidéoconférence…) ;
- outils d’évaluation (quiz, atelier, enquête/sondage…) ;
- outils de gestion (espace réservé à l’étudiant, dernières nouvelles, utilisateurs en ligne…).
Cours en ligne :
Afin d’être préparés aux rencontres directes avec leurs professeurs auxquelles ils doivent assister, les étudiants reçoivent (avant le début de chaque semestre) tous les cours. Ceux-ci incluent des présentations Power Point, des jeux interactifs, des vidéos, etc... Grâce à ces cours disponibles en ligne, les étudiants peuvent étudier à tout moment, où qu’ils se trouvent.
Arabisation / traduction :
Afin de présenter les programmes de MBA de l’Université ouverte de Malaisie, un projet-pilote a été lancé pour traduire les cours en arabe. Les cours de Licence et de Master seront traduits en 30 langues, y compris en français.
Tutorat :
Mise en place d’un tutorat d’enseignement en ligne (rencontres entre les étudiants provenant aussi des Emirats arabes unis, de Somalie ou de Djibouti) et le tuteur sur rendez-vous (contrôle de présence, dialogue interactif).
Bibliothèque en ligne :
Revues, ouvrages, encyclopédies sont disponibles à travers la grande base de données de l’AOU.
Programmes de Master :
L’AOU fait office de centre de télé-enseignement régional de l’Université ouverte de Malaisie. Tous les programmes de MBA de l’OUM dispensés sur le campus de l’AOU de Bahreïn sont reconnus par le ministère bahreïnien de l’Education.
- MBA : en gestion, finances islamiques, marketing, gestion des entreprises, gestion de projet, ressources humaines ;
- MIT : Master en communication et technologie de l’information.
Diplômes et certificats professionnels
- Comptabilité,
- Gestion de la santé,
- Gestion hôtelière,
- Gestion des ressources humaines,
- Gestion de la sécurité,
Certificats professionnels en gestion de projet, gestion d’entreprise, finances islamiques, etc.
FORMATIONS DE PROFESSEURS DE FRANÇAIS A DISTANCEL’Université de Rouen et L’Arab Open University de Bahreïn (AOU) ont signé un accord de partenariat en 2006 afin de proposer aux étudiants des pays du Golfe un enseignement à distance de formation de professeurs de Français.
Les étudiants peuvent télécharger les cours depuis la plate-forme de l’Université de Rouen. Ils y trouvent des exercices et une programmation faite par un tuteur chargé de les accompagner dans cet enseignement à distance, des ressources pédagogiques directement utilisables pour les devoirs, des outils de perfectionnement linguistique et méthodologique.
Descriptif des cours proposés
- CAPEFLE : Le CAPEFLE est une passerelle qui s’effectue en un an (et non deux comme le DEUG), pour obtenir un diplôme reconnu par le Ministère de l’Education français. Il s’agit d’une formation préparant aux métiers de l’enseignement du FLE (français langue étrangère) ou FLS (français langue seconde). C’est aussi un complément de formation pour les enseignants déjà engagés dans la profession, afin de mieux comprendre les phénomènes liés à l’acquisition et à la pratique des langues.
- LICENCE Sciences du Langage, mention FLE. Possibilité de poursuivre en Licence FLE, à condition d’avoir validé, au préalable le CAPEFLE avec 12 de moyenne.
- DU FLE : Le DU est un diplôme universitaire qui donne accès au Master. Cette formation est ouverte aux titulaires d’une Licence de Français (Lettres classiques, Lettres modernes) ou de Langue Etrangère.
- MASTER, mention Diffusion du français : Cette formation est ouverte aux titulaires d’une licence Sciences du langage, mention FLE ou d’un DU FLE. Il se prépare en deux ans.

4. AU, Ahlia University
http://www.ahlia.edu.bh/
Créée en 2001, Ahlia University est la première université privée à être reconnue par le Gouvernement de Bahreïn. C’est une institution autonome indépendamment financée et gérée par le secteur privé. Tous les programmes professionnels offerts par l’AU sont accrédités par le Conseil d’Enseignement supérieur de Bahreïn et bénéficient d’une bonne réputation qui permet des échanges avec des universités au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Ahlia University était parmi les premières universités privées bahreïnies à être reconnues par le Ministère koweïtien d’Enseignement supérieur. Les fondateurs ont articulé leur vision d’une institution distinctive d’enseignement supérieur pour assurer que la science et l’enseignement prennent leur place légitime dans la construction de la société future.
Ahlia University est composée actuellement de six départements : beaux-arts, sciences et enseignement, commerce et finance, ingénieurs, technologies de l’information, école doctorale.
Ces programmes sont entièrement reconnus par le ministère de l’Education britannique et accrédités par le Ministère de l’Education du Royaume de Bahreïn.
Une convention de partenariat, entre l’université Ahlia et Epitech dans le domaine des technologies de l’information, a été signée le 17 mai 2009, à Bahreïn. L’université Ahlia a accueilli en septembre 2009 la première promotion d’étudiants français (6 étudiants) pour y effectuer leur première année de Master « Expert en technologies de l’information ». A la rentrée 2010, 4 étudiants bahreïniens sont allés étudier à Epitech. Le 30 novembre 2010, l’université Ahlia a signé trois accords avec :
- l’ISG (Institut Supérieur de Gestion),
- l’ISBP (école de biotechnologie),
- Epitech (école de technologie et d’informatique).
Les écoles françaises appartiennent toutes au groupe IONIS. Elles étaient représentées par M. Fabrice Bardèche, vice président du groupe. Cette action fait de l’université Ahlia un établissement pionnier car elle est la 1e université privée bahreïnienne et du Golfe à signer trois accords universitaires avec la France.
1/ L’accord avec SupBiotech prévoit :
- un programme d’envoi d’étudiants d’Ahlia à SupBiotech (accord de parité) ;
- la visite prochaine d’un représentant de SupBiotech pour sensibiliser les étudiants participant au programme et devenir l’intermédiaire privilégié entre les deux institutions.
2/ L’accord avec ISG prévoit :
- des échanges d’étudiants pour un semestre à raison de dix maximum et en quantité identique (accord de parité) ;
- des échanges de professeurs ;
- le choix dans chaque institution d’un coordinateur pour assurer le respect de l’accord et diffuser l’information aux intéressés.
3/ L’accord avec Epitech prévoit :
- des échanges d’étudiants pour la durée de l’année scolaire ;
- le paiement par Epitech des frais d’inscription et d’enseignement de chaque étudiant français (440€+200€ par cours).

5. AMA University
http://www.amaiu.edu.bh/
Une branche de l’université philippine AMA est aussi basée à Bahreïn et propose quatre licences et deux masters dans les domaines suivants : Sciences informatiques, Etudes Internationales, Commerce et Informatique, Sciences de l’ingénieur, Mécatronique.

6. Faculté de médecine de Bahreïn
http://www.rcsi-mub.com/index.jsp?p=100&n=109&a=589
Crée en partenariat avec le Royal College of Surgeons of Ireland, le Collège royal de chirurgie de l’Université médicale d’Irlande de Bahreïn a été fondé en 2004 officiellement ouvert en octobre 2004 par le Premier ministre du Royaume de Bahreïn, Sheikh Khalifa bin Salman Al-Khalifa et le Premier ministre irlandais, Bertie Ahearn. Des étudiants de Bahreïn, d’Inde, d’Italie, du Koweït, du Pakistan, d’Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis, des États-Unis et du Yémen ont été admis en 2004. Depuis octobre 2008, 34 nationalités sont représentées au sein du corps étudiant. L’école d’infirmière a quant à elle admis sa première cohorte d’étudiants en octobre 2006.
Le rôle de Bahreïn RCSI est de fournir un enseignement médical et une formation aux normes internationales aux étudiants venant du monde entier.
Les diplômés de RSCI se verront décerner le même diplôme que leurs homologues irlandais du Royal College of Surgeons of Ireland. Ces diplômes sont reconnus par la Fédération Mondiale pour l’Enseignement Médical.
L’Université s’est déplacée en octobre 2008 dans la nouvelle cité universitaire adjacente à l’Hôpital général du Roi Hamad qui est actuellement en construction (ouverture prévue en 2012). Des départements de dentiste et de pharmacie seront prochainement lancés.
Les cours cliniques, qui auront lieu à l’Hôpital général du Roi Hamad lorsqu’il sera achevé, se tiennent actuellement dans les autres installations du Ministère de la santé et à l’Hôpital militaire de Bahreïn.

7. ASU, Applied Science University
http://www.asu.edu.jo/ASU/Default.aspx
_
Applied Science University a reçu son accréditation du Ministère de l’Education par le décret publié le 5 juillet 2004 ce qui en fait une des premières universités privées dans le Royaume de Bahreïn à enseigner tant en arabe qu’en anglais. L’ASU a, depuis, fait de nombreux efforts afin de devenir une des universités de pointe non seulement dans le Royaume de Bahreïn, mais dans tout le Golfe. L’université vise à améliorer les capacités de chacun en renforçant la connaissance théorique par les compétences pratiques nécessaires exigées pour le succès de carrière dans les disciplines respectives choisies par ses étudiants.
Le nombre total d’étudiants inscrits lors de l’année universitaire 2008/2009 s’élevait à 1229. 382 étudiants ont terminé leurs études vers la fin de l’année universitaire, dont 35 en 3e cycle. L’université a une équipe de 57 personnels universitaires qualifiés permanents auxquels s’ajoutent des conférenciers à temps partiel.
Le système éducatif de l’ASU est basé sur le système américain de notation. De plus, l’université considère comme obligatoire pour ses étudiants d’effectuer un certain nombre d’heures de stage et ce dans tous les programmes proposés par l’université, avant qu’ils ne puissent obtenir un diplôme dans les disciplines choisies.
L’ASU entretient des partenariats avec diverses institutions éducatives en vue dans la région comme l’université Mu’tah en Jordanie, l’université Helwan au Caire et l’Académie royale de police à Bahreïn.

8. DUST, Delmon University for Science and Technology
http://www.delmon.edu.bh/
L’Université de Dilmun délivre des masters et des licences dans les matières suivantes : affaires, droit, technologies de l’information, arts, enseignement et beaux-arts. Elle met l’accent sur la volonté de procurer aux étudiants et chercheurs un environnement de travail le plus motivant possible.
Ses objectifs sont :
- Approfondir le niveau actuel de tous les départements de l’université par des programmes de recherche actifs.
- Maintenir son rang parmi les universités nationales et régionales.
- Une contribution effective et efficace à la vie quotidienne par des programmes de recherche avec les communautés locales afin de jouer un rôle dans le soutien au développement dans le Royaume de Bahreïn.
- La poursuite de l’excellence dans la recherche pour recevoir la reconnaissance locale et internationale et rester à la pointe des techniques de recherche.

9. GU, Gulf University
http://www.gulfuniversity.net/
Gulf University aspire à s’établir comme le fournisseur de l’enseignement supérieur distingué qui fera appel aux étudiants internationaux, bahreïnis et autres qui préfèrent être instruits dans un environnement culturel, qui soit « acceptable pour des parents et des étudiants », en phase avec les coutumes et traditions locales.
Gulf University est accréditée par le Ministère de l’éducation nationale du Royaume de Bahreïn et la plupart des pays du CCG. Elle a été créée et autorisée par un décret daté du 02/09/2001 publié par le Cabinet du Premier ministre.
Elle entretient des partenariats avec :
- L’Université de Londres
- L’Université de Leicester
- La Memorial University (Canada)
- L’Université américaine du Caire
Gulf University délivre des licences, masters et doctorats et comprend les départements suivants :
- Ecole de commerce, de Management et de Finance
- Département d’Ingénierie informatique et de Sciences
- Droit
- Enseignement
- Ecole d’ingénieur
- Centre de Développement de langue anglaise
Gulf University fournit par ailleurs des cours visant à préparer des étudiants aux examens d’ACCA (association britannique des comptables certifiés diplômés)
C’est enfin un centre officiel pour les examens suivants du TOEFL, SAT, GMAT, GRE, PMI.

10. RUW, Royal University for Women http://www.ruw.edu.bh/
Cette université privée internationale réservée aux femmes prépare à des licences dans les domaines suivants :
- Design de mode
- Design graphique
- Design d’intérieur
- Informatique
- Enseignement
- Affaires

11. KU, Kingdom University
http://www.ku.edu.bh/
Bien que Kingdom University ait été fondée en mai 2001, elle n’a commencé à offrir ses premiers programmes universitaires qu’en septembre 2004. Plus de deux ans ont été consacrés à la préparation des programmes et du campus, notamment d’une politique de l’université basée sur la qualité et le confort. Kingdom University s’efforce d’assurer que son enseignement soit conforme aux normes de professionnalisme. L’université a l’intention de fournir une vaste gamme de programmes très spécialisés afin d’augmenter les opportunités professionnelles de ses diplômés afin qu’ils jouent un rôle plus significatif dans le développement et l’avancement du Royaume de Bahreïn.

12. NYIT, New York Institute of Technology
http://www.nyit.edu.bh/update/
Situé à Adliya, le campus de la NYIT à Bahreïn a ouvert en 2003. Des diplômes d’études supérieures sont offerts en business, de l’infographie, en sciences de l’ingénieur et en architecture. Université accréditée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à Bahreïn, ainsi que par la l’Association des universités du Moyen-Orient. Les diplômes délivrés proviennent de New York. Les professeurs sont dans la majorité recrutés localement, et les chefs de départements viennent de New-York. Tous les cours sont dispensés en anglais, le français et l’espagnol sont proposés en option.

13. UCB, University College of Bahrain
http://www.ucb.edu.bh/default.asp
_
L’UCB, en collaboration avec l’Université américaine de Beyrouth, offre des diplômes de premier cycle en administration des affaires, en informatique et gestion de l’information. L’université compte de nombreux laboratoires de pointe et de modernes installations.

Personne à contacter au SCAC : Vincent MERIAUX, vincent.meriaux@diplomatie.gouv.fr

publié le 11/05/2015

haut de la page