Forte présence dans le Golfe de la Marine nationale française ; dans une quinzaine de jours à Bahreïn

PNG

Du 19 au 22 mars 2021, le Groupe aéronaval (GAN) constitué du porte-avions Charles de Gaulle de la frégate belge Lépold 1er, de la Frégate multi-missions (FREMM) Provence, de la Frégate de défense aérienne (FDA) Chevalier Paul et du Bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Var, a été rejoint en mer d’Arabie par ses partenaires américain et japonais pour mener l’exercice de coopération multilatéral GASWEX (Group Arabian Sea Warfare Exercise).

L’ensemble des bâtiments de la Task Force 473, la frégate japonaise JS Ariake, l’USS Port-Royal et l’Amphibious Readiness Group (ARG) constitué autour du porte-hélicoptères d’assaut américain USS Makin Island ont suivi pendant quatre jours des exercices dans de multiples domaines de lutte, tels que la lutte anti-sous-marine, la lutte anti-surface et la défense aérienne. Pendant la première phase, visant à entraîner la force à la lutte anti-sous-marine, des moyens nombreux et complémentaires ont contribué à rendre l’exercice le plus complexe et bénéfique possible. Ainsi, des avions de patrouille maritime P-8 de l’US Navy ont rejoint le GAN et l’ARG pour détecter et suivre les sous-marins présents dans la zone, contribuant ainsi au réalisme et à l’intérêt tactique de l’exercice. Alors que les exercices des jours suivants portaient sur les capacités de combat de surface et de défense aérienne, des avions de combat multi-rôle Fighting Falcon F-16 de l’US Air Force et des Rafale marine de la TF473 ont mené des exercices variés de combat air-air et d’attaque de forces à la mer.

«  La capacité à s’entraîner dans de telles conditions de réalisme et de complexité représentait certes un défi mais s’avérait être aussi une réelle opportunité. Cet exercice a combiné les capacités du Groupe aéronaval et celles de ses partenaires américains, belges et japonais dans des opérations de haut de spectre, pour assurer la sécurité dans des zones d’intérêt stratégique où nos valeurs communes sont en jeu.  » a souligné le contre-amiral Marc Aussedat, commandant le GAN.

Si l’exercice GASWEX n’en est pas à sa première édition, il s’agissait en revanche de la première interaction du GAN avec un groupe amphibie américain. Elle s’est avérée d’un grand intérêt tactique dans un exercice multi-luttes. Cette voie désormais ouverte permettra d’accroître les capacités à interagir entre groupes aux atouts complémentaires. «  Les partenariats sont fondamentaux dans tout ce que nous entreprenons  » a précisé le vice-amiral Samuel Paparo, commandant les forces navales américaines, la cinquième flotte américaine et la Force maritime conjointe U.S. avant de conclure «  l’intégration des processus, systèmes et des fonctions de commandement et de contrôle renforce nos relations et notre confiance mutuelle  ».

Depuis le 21 février 2021 et jusqu’à l’été, le groupe aéronaval (GAN), constitué autour du porte-avions Charles De Gaulle, est déployé dans le cadre de la mission CLEMENCEAU 21. Il participera à la lutte contre le terrorisme en intégrant l’opération CHAMMAL. Il est déployé dans des zones d’intérêts stratégiques en mer Méditerranée, dans l’océan Indien et dans le golfe Arabo-persique. La Task Force 473 contribue à garantir la liberté de navigation et à sécuriser et défendre ces espaces stratégiques. Accompagné fréquemment de frégates étrangères, le GAN témoigne de l’interopérabilité et du niveau de confiance existants entre la Marine nationale et ses alliés.

Sources : État-major des armées

publié le 23/05/2021

haut de la page